Présentation du projet

L’objectif général de la mission est d’améliorer l’efficacité des interventions / politiques de stabilisation et de relance adoptées dans le cadre de la gestion de la pandémie dans les pays africains avec un focus sur les petits acteurs de l’informel. D’où la nécessité de :

a) comprendre l’impact des mesures de distanciation sociale liées au COVID 19 sur l’économie des pays de l’Afrique de l’ouest et sur les groupes vulnérables, notamment les femmes, qui tirent leurs moyens de subsistance des activités informelles,

b) rechercher les voies et moyens d’améliorer la productivité et de renforcer la résilience à long terme (post-pandémie) des entreprises informelles, qui sont prédominantes et emploient les personnes vulnérables, notamment les jeunes et les femmes, en Afrique,

c) mieux contrôler la propagation de l’épidémie du COVID-19 par une meilleure compréhension des canaux par lesquels l’informel favorise la propagation de la maladie,

d) mieux orienter les dépenses publiques correspondant aux fonds de riposte vers un appui efficace aux moyens de subsistance des groupes vulnérables.

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • Mener une analyse détaillée de l’impact de la crise sur l’activité économique, en particulier, les activités employant les groupes vulnérables que sont les jeunes et surtout les femmes avec un accent sur les similitudes et les différences d’un groupe à l’autre, mais aussi entre différentes catégories dans chaque groupe.
  • Déterminer sur la base d’une meilleure compréhension du modèle de contacts interpersonnels (par une analyse quantitative et qualitative) dans l’informel, les stratégies d’encadrement adaptées pour limiter la propagation de la maladie, en influençant les comportements des acteurs par une structure d’incitations adaptée Aux caractéristiques particulières de chaque groupe et sous-groupe
  • Comparer les modalités de mise en œuvre des fonds de riposte, par les transferts directs aux pauvres et par le soutien aux activités informelles qui les emploient, pour en déterminer les efficacités respectives;
  • Analyser les mécanismes de mise en œuvre des programmes d’appui aux activités informelles en étudiant les modalités les plus adaptées pour chacun des pays étudiés et chacune des sous catégories des groupes de l’informel ;
  • Proposer une boîte à outils permettant de sélectionner, de manière transparente et équitable, les activités informelles pouvant bénéficier d’un appui ciblé de l’État, de manière à consolider de façon durable les moyens de subsistance des pauvres, tout en préservant l’hygiène publique;

 

Durée du Projet : du 1er  Aout 2020 au 30 avril 2023.

 

Zone d’étude : Bénin, Cameroun, Maroc  et Sénégal

 

Rechercher